Examens, assiduité et validation

index

Avoir des droits pendant les examens permet de garantir collectivement les meilleures conditions d’études et favorise la réussite de tous. Même si les droits des étudiants pendant les examens ne sont pas les mêmes d’une filière et d’une université à l’autre, certains d’entre eux sont fixés nationalement et doivent être garantis pour tous les étudiants, quelle que soit l’université ou la filière dans laquelle tu es inscrit.

L’UNEF POUR TE DEFENDRE ET T’INFORMER

A tout moment pendant ta période d’examens ou après les résultats tu peux contacter l’UNEF sur unef.grenoble@gmail.com !

Bon courage pour les examens, bonnes révisions à tous et toutes!

 

PETIT RAPPEL DU FONCTIONNEMENT DU CONTRÔLE DE CONNAISSANCES

Les modalités d’examens

Elles sont arrêtées au plus tard un mois après le début des enseignements et ne peuvent être modifiées en cours d’année. Les modalités de contrôle des connaissances doivent comporter l’indication du nombre d’épreuves, de leur nature, de leur durée, de leur coefficient ainsi que la répartition éventuelle entre le contrôle continu et le contrôle terminal et la place respective des épreuves écrites et orales.  Il peut y avoir un contrôle continu soit un examen terminal, soit les deux.

La convocation aux examens est faite par voie d’affichage au moins quinze jours avant le début des épreuves. Elle comporte l’indication de la date, de l’heure et du lieu de chaque épreuve. Une convocation individuelle doit être envoyée aux étudiants dispensés d’assiduité. Deux sessions de contrôle des connaissances sont organisées par an. Sous réserve de dispositions pédagogiques particulières, arrêtées par le conseil d’administration de l’établissement, l’intervalle entre ces deux sessions est au moins de deux mois.

Pendant les examens :

L’anonymat des copies : pour tous les examens écrits (hors contrôle continu), les copies doivent être obligatoirement anonymes.

Une règlementation du contrôle continu : il ne peut pas se résumer à une seule épreuve de mi-semestre mais doit comporter plusieurs évaluations pour permettre une véritable progression et diversifier les épreuves.

Les retards sont en principe acceptés dans un délai correspondant à un tiers du temps de l’épreuve, puisqu’aucun étudiant ne peut sortir de la salle avant ce délai.

Les droits des étudiants salariés : « un congé de formation peut être accordé à un salarié pour préparer ou passer un examen » (article L.931-1 du code du travail).

Après les épreuves :

La consultation des copies : les étudiant-e-s ont le droit sur leur demande à la communication des copies et à un entretien avec le correcteur.

La double correction : si ta copie te paraît sous-notée, tu as le droit de demander une autre correction au secrétariat de ton UFR.

La session de rattrapage : une session de rattrapage doit être organisée pour tous les examens. « Deux sessions de contrôles des connaissances sont organisées : une session initiale et une session de rattrapage après une première publication des résultats. Cette semaine de rattrapage est organisée au minimum 15 jours après la publication des résultats. Sous réserve de dispositions pédagogiques particulières, l’intervalle entre ces deux sessions est au moins de 2 mois et un dispositif pédagogique de soutien est mis en place » (Art. 17 de l’arrêté Licence 2011)

Le calcul des notes :

• Pour valider quoi que ce soit, il faut avoir 10. N’importe quel élément arrivé à 10/20 est définitivement validé, que ce soit une matière seule, une UE ou un semestre entier. Les coefficients sont l’expression de l’importance des éléments. Une matière jugée importante aura un plus gros coefficient. Il en va de même pour les UE, qui sont hiérarchisées en fonction de leur coefficient propre. À ne pas confondre avec les ECTS, qui n’ont aucune influence sur les notes. A chaque matière correspond une note (ou une moyenne de notes). La moyenne des matières au sein d’une même UE donne la note de l’UE (attention aux coefficients qui peuvent varier selon les matières)

L’interdiction des « notes éliminatoires » : pratiques anti-pédagogiques qui conduisent certain-e-s étudiant-e-s à réussir leur année mais à ne pas la valider. Les notes éliminatoires, double moyenne et notes planchers sont depuis 2011 illégales.

Les compensations : instaurées dans toute la France en 2011, elles garantissent le fait que chaque UE et semestre puisse être compensé par un autre. La compensation semestrielle est obtenue si la moyenne des UE est égale ou supérieure à 10 (attention à prendre en compte les coefficients dans le calcul). La compensation annuelle est obtenue si la moyenne des deux semestres est égale ou supérieure à 10.

La capitalisation : les unités d’enseignement où l’étudiant a une note supérieur ou égale à 10 sont définitivement acquises. C’est-à-dire qu’en cas de non validation de l’année, l’étudiant n’aura pas besoin de les repasser à la 2nde session. Les éléments qui constituent les UE sont également capitalisables dès lors que l’étudiant à plus de 10 à cette matière.

Validation :

Quatre issues possibles sur le relevé de note :

• ADM — Admis pour une matière, une UE, un semestre ou l’année (>10/20)

• AJ — Ajourné-e (refusé) pour une matière, une UE, un semestre ou l’année (<10/20)

• AJAC — Ajourné-e autorisé-e à continuer : tu n’as pas atteint 10/20 de moyenne à l’année, mais tu as validé un de tes deux semestres ou un bon nombre de matières. Un jury a donc décidé de te faire passer malgré tout dans l’année supérieure. Une fois passé-e, tu devras passer les examens de la nouvelle année tout en rattrapant les éléments non-validés de l’année précédente

• DEF — Défaillant-e : tu n’as pas respecté les règles d’assiduité. Tu n’as pas 0/20, tu es défaillant, et c’est pire. A ce titre, la moyenne de l’UE ne peut être calculée, ni celle de ton semestre, et au bout du compte celle de l’année non plus : rendez-vous aux rattrapages obligatoirement…

Règles d’assiduité, contrôle continu et contrôle terminal

Assiduité : La présence en CM (cours magistraux, en amphithéâtre) n’est ni obligatoire ni contrôlée. Pour les TD (travaux dirigés, en petits groupes), 3 absences sont autorisées, au delà il faudra fournir un justificatif.

Modalités de contrôle continu : Chaque étudiant-e est inscrit-e par défaut sous le régime du contrôle continu. Cela signifie être soumis aux règles normales d’assiduité en TD (ci-dessus) et aussi que pour chaque matière avec TD, la note finale de fin de semestre se compose pour moitié de la note du partiel (examen unique, en fin de semestre), et pour moitié de la moyenne en TD. Certains cours ne sont qu’un CM, sans TD et donc sans contrôle continu. L’évaluation se fait donc par le partiel uniquement. De la même manière, certains cours comme les langues ne sont qu’un TD, sans CM et donc sans partiel. L’évaluation se fait donc par le contrôle continu uniquement.

Étudiant-e salarié-e et dispense : En début d’année (au plus tard deux semaines après le début des cours), les étudiant-e-s salarié-e-s ou autres peuvent demander une inscription dérogatoire, appelée « d’examen terminal ». Cette dérogation peut être partielle (pour certains cours), ou totale (pour toutes les matières du semestre). Avec ce régime, tu es dispensé-e d’assiduité en TD, ce qui te rend libre d’y aller ou pas ; mais tu n’auras pas de moyenne de contrôle continu. Pour chaque matière, l’évaluation se base donc uniquement sur le  partiel de fin de semestre.