L’UNEF obtient un gel historique des tarifs à la rentrée ! [Communiqué National]

Le gouvernement a annoncé le gel du prix du ticket RU à 3.25€, celui de la cotisation à la sécurité sociale et des frais d’inscriptions.

L’UNEF se félicite de ces mesures d’ampleurs. Alors que les étudiants connaissent la précarité au quotidien, il aurait été insupportable de les faire payer davantage en cette rentrée universitaire.

Un gel historique du ticket RU, qui doit entrainer un ré-investissement dans les CROUS

L’UNEF obtient pour la première fois du quinquennat le gel du prix du restaurant universitaire. Alors que les CROUS connaissent des coupes budgétaires sans précédent dans leur budget, l’UNEF refuse que cela se répercute par une augmentation des tarifs qui viendrait prendre directement dans la poche des étudiants. Cette décision historique, obtenue par la mobilisation des étudiants, permet de ne pas faire peser, une nouvelle année, le poids des économies budgétaires sur le dos des étudiant-e-s. La restauration universitaire du CROUS doit rester un service de restauration sociale de qualité ne pesant pas sur le budget des étudiant-e-s.

L’UNEF appelle le gouvernement à ré-investir dans le réseau des œuvres à la hauteur de ses besoins, afin de lui permettre de mener à bien ses missions sociales à destination des étudiant-e-s.

Un gel des frais d’inscriptions : une mesure importante qui doit en appeler d’autres

Face à la situation budgétaire alarmante des universités, l’UNEF refuse que les étudiants soient la variable d’ajustement. Pour la deuxième année consécutive, l’UNEF gagne le gel des frais d’inscriptions à l’université. Cela est une bonne nouvelle pour le portefeuille des étudiants. Il aurait été inadmissible que les étudiants subissent les conséquences du manque de moyens alloués au service public d’enseignement supérieur.

Le gouvernement doit prendre ses responsabilités pour répondre à la pénurie budgétaire que connaisse les universités. Une augmentation du budget de l’enseignement supérieur est nécessaire pour assurer des bonnes conditions d’études aux étudiants dès la rentrée universitaire.

Une réponse nécessaire à la précarité des jeunes

Depuis 4 mois les jeunes se mobilisent contre la précarité qu’ils vivent au quotidien.  Alors que 19% des étudiant-e-s vivent dans la pauvreté, que plus de 50% sont obligés de se salarier pour subvenir à leurs besoins, ou encore que 60% d’entre eux sont exclus du système de bourse, il est urgent d’agir.

L’UNEF demande au gouvernement de prendre la mesure de la situation à travers :

-L’ouverture de négociations sur la vie étudiante pour un nouvel investissement afin d’améliorer concrètement le quotidien des étudiants.

-Un nouvel investissement dans le système de bourses afin de mettre un frein à la précarité quotidienne que vivent les jeunes

-Un plan pluriannuel de financement pour assurer l’accès des jeunes à l’enseignement supérieur dans de bonnes conditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *