Gestion étudiante de EVE : le PRES en contradiction

La commission Vie Etudiante du PRES « Université de Grenoble » (composée de représentants étudiants et enseignants des établissements d’enseignement supérieur de l’académie et de représentants des collectivités locales) se réunissait ce lundi 7 novembre à l’université Stendhal-Grenoble 3 pour débattre en premier lieu (et premier point de l’ordre du jour) de l’avenir de l’Espace Vie Étudiante.

Après sept ans de délégation de service public de l’association étudiante Eponyme, cet espace est devenu un exemple de dynamisme et de gestion étudiante reconnu au niveau national, par sa capacité à offrir un service de qualité et à mettre en place de nouveaux services innovants, conformes aux attentes et aspirations des étudiants, participant à faire de Grenoble un campus vivant et attractif.

Pourtant, les présidents des établissements ont annoncé leur volonté de mettre fin à ce modèle de gestion. Ils envisagent de retirer à l’association ses sources d’autofinancement (la gestion du Grand Café) et la maîtrise des emplois (du directeur notamment), lui retirant les marges de manœuvre financière et l’autonomie de fonctionnement, et vidant donc de sa substance la gestion étudiante de EVE.

Les présidents ayant émis une proposition de gestion dans laquelle les emplois sont portés par le PRES (ce qui signifie une perte de leadership pour les étudiants), et le Grand Café géré par un opérateur externe (ce qui revient à supprimer la source principale d’autofinancement pour mener des projets), la commission était invitée à proposer un « modèle alternatif » avec des préalables obligatoires : plus de DSP et plus de gestion étudiante du Grand Café.

Sans qu’il y ait de vote, des interventions de la commission s’est dégagé un large consensus autour du principe selon lequel l’exemplarité du modèle actuel ne justifiait pas d’en changer, sauf à remettre en cause la capacité, la légitimité ou l’expertise des étudiants pour s’occuper eux-mêmes de ce qui les concerne au premier titre, en l’occurrence la vie étudiante. Conception que ne partageait visiblement pas les membres de la commission.

Il en ressort donc que l’avenir de EVE n’est pas encore bien arrêté et que l’élaboration du projet qui sera mis en œuvre après la DSP en mars 2012 est encore à penser et à façonner. La commission Vie Etudiante du PRES nous montre bien que les discussions sont encore possibles et que les étudiants ne sont pas les seuls à revendiquer l’intérêt et la sauvegarde de la gestion étudiante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *