Pour l’accueil des migrants sur le campus et contre le Fhaine

Depuis notre communiqué posté il y a deux semaines, les migrants attendus dans la tour ARPEJ sont arrivés. A cette occasion deux évènements importants cette semaine contre la haine et la xénophobie :

  • Demain, un goûté d’accueil est organisé devant la tour à 15h30 entre autre par le Reseau UniversitéSans Frontière (RUSF) de l’Isère. Viens participer et démontrer que la solidarité prime sur la haine que certains véhiculent !

14907227_311971669188623_6015509215062411534_n

  • Vendredi, face à l’extrême droite, au Fhaine qui veulent organiser une manifestation contre les migrants, l’inter-organisation appelle à une manifestation de soutien , contre la haine et la xénophobie. RDV vendredi après midi devant la BU droit lettres sur le campus

14938312_1152472084874375_3263826632606732962_n

Questionnaire élections CROUS 2016

L’UNEF Grenoble, ton syndicat étudiant, se présente aux élections de novembre prochain aux sièges de représentants étudiants dans le conseil du CROUS.

Qu’est ce le CROUS ? C’est l’organisation qui gère, régionalement, entre autre, la restauration et le logement universitaire, ainsi que les bourses.
Pourquoi l’UNEF se présente ? En tant que syndicat étudiant, l’UNEF se présente à chaque élection pour défendre tes droits et en obtenir de nouveaux. Dans ces conseils, les élus UNEF peuvent par exemple prendre part aux décisions sur le l’amélioration des cités U et des resto U, et à l’échelle individuelle t’accompagner lorsque tu es face à un problème de bourse ou de logement.

Afin de cibler au mieux ton utilisation des services du CROUS, tes attentes et tes besoins, l’UNEF Grenoble met en place un questionnaire. Cela ne prendra que quelques minutes, et pourtant, il nous aidera grandement à mieux faire remonter vos problèmes et suggestions, pour l’amélioration des oeuvres universitaires et l’amélioration de tes propres condition de vie et de séjour universitaire.

https://goo.gl/forms/M6kybE7u6aUDavLA2

Remplis le questionnaire et fais le tourner à tes ami-es, camarades de promo, de résidence !
Il est anonyme.
Il se divise ainsi : ton profil, ta situation financière, ton logement, ta santé, ton alimentation, ton mode de transport.

Merci d’avance pour toi et tous-tes les étudiant-es de l’académie de Grenoble !

ET RDV le 22/11 dans les urnes !

14799763_10210577228806572_351407072_o

Accueil de migrants sur le campus grenoblois !

1
L’UNEF Grenoble salue l’initiative d’accueil temporaire de migrants et du dispositif d’accompagnement mis en place sur le campus ainsi que l’engagement de la communauté universitaire. Cette annonce lors de la réunion publique du 10 octobre à l’amphi Weil a aussi été saluée par les nombreux étudiants, personnels et enseignants présents.
Nous sommes loin d’un sentiment de peur comme voudraient nous le faire croire les responsables de l’UNI Grenoble et des Jeunes Républicains de l’Isère. Leur lettre ouverte au préfet de l’Isère parue la semaine dernière appelle une réponse tant les propos laissent interrogateurs.
1) Les deux responsables, portant la voix de leur organisation démontrent de façon tautologique que « jusqu’à ce que leur demande d’asile soit étudiée et acceptée, [ils seront] des étrangers en situation irrégulière ».
–> Oui les personnes qui seront accueillies sont là de façon provisoire, le temps que leur demande d’asile soit étudiée (pas plus de 3 à 6mois) et donc seront en attendant par définition en situation irrégulière sur cette période. La demande d’asile est un droit. Seulement au lieu d’être retenus dans des camps ou des lieux insalubres et inhumains, ils pourront vivre pendant quelques temps dans des conditions décentes. Quant à leur nombre, rapporté au nombre total de la population iséroise ou même grenobloise, il est infime.
2) Les deux signataires de la lettre ouverte semblent également s’étonner que « seulement un faible pourcentage viendrait de Syrie ».
–> Oui les personnes qui seront accueillies ne viennent pas forcément de Syrie. Aussi tragique que soit la situation syrienne, ce n’est malheureusement pas le seul pays dans le monde où les citoyens sont obligés de fuir pour espérer mener une vie meilleure ailleurs sans avoir à subir, guerre, famine ou dictature. Précisément, les migrants accueillis viendraient d’Erythrée et d’Afghanistan, un pays en proie à une dictature sanglante, et un autre à une guerre de longue date.
3) Par ailleurs, l’UNI Grenoble et les Jeunes Républicains de l’Isère font preuves d’irresponsabilité. Ils agitent la peur en suggérant que ce ne sont pas des migrants au parcours de vie chaotique et à la recherche d’un avenir, qui seront accueillis sur le campus, mais forcément des agresseurs en puissance, car « des hommes seuls » peuvent « représenter un danger pour les citoyens ».
–> Oui les personnes qui seront accueillies seront des hommes seuls, parce que les locaux disponibles ne permettent pas d’accueillir des familles. Et oui ils seront libres de leurs mouvements parce qu’ils ne sont ni prisonniers ni coupables de quelconque comportement répréhensible, mais dans une situation transitoire, à la recherche d’une vie plus stable loin du malheur qui a causé leur départ de leur pays d’origine.. Or c’est une réalité que les attaques anti migrants se répandent. Récemment, des coups de feu et des inscriptions hostiles ont été observés dans le second site isérois destiné à accueillir les migrants, mais aussi dans un centre similaire en Loire-Atlantique et un incendie volontaire en Essonne.
Nous regrettons que l’UNI et les Jeunes Républicains tentent d’opposer les uns contre les autres les migrants et les étudiants, qui seraient selon leurs dires lésés par cette initiative. En réalité la tour ARPEJ sur le campus qui logera les migrants n’accueillait déjà plus d’étudiants, car si le lieu est aux normes de sécurité il est prévu de le détruire car son architecture est obsolète (toilettes et douches communes). Il était donc disponible pour une période temporaire pour accueillir cette initiative, même pour des individus qui ne peuvent pour le moment ni étudier ni travailler du fait de leur statut.
D’autres part, ces organisations ont beau jeu de « défendre » ici les étudiants qui luttent financièrement pour pouvoir accomplir leurs études, alors que par ailleurs, elles militent pour l’abolition du système d’aide social pour les étudiants et la mise en place de sélection.
A la lecture de cette lettre nous ne pouvons que conseiller à l’UNI Grenoble et aux Jeunes Républicains de l’Isère de réfléchir sur les motivations de ces réfugiés et demandeurs d’asile de quitter leur pays, de se souvenir de la propre histoire migratoire européenne et de s’interroger sur le message que leurs propos accusateurs véhiculent aux migrants passés, présents et futurs.
Pour notre part, ce n’est pas de cette société méfiante et fermée que nous voulons.
UNEF Grenoble

Bourse aux livres rentrée 2016

La semaine dernière l’UNEF Grenoble a organisé sa bourse aux livres annuelle, afin de permettre aux étudiant-es de revendre leurs manuels, romans et autres livres, mais aussi et surtout de se fournir à moindre coût en nouveaux livres et manuels. C’est ça la solidarité !

La bourse aux livres s’est déroulée lors de campus en fête à EVE, dans le village d’associations. Une journée très enrichissante!

14444779_1207668622587906_6151709843314026624_o

 

Quand rentrée universitaire rime avec galère (Rentrée 2016-2017)

rentree 2016 unef

L’UNEF Grenoble souhaite une bonne rentrée et de la réussite à toutes et tous les primo entrant-e de l’Enseignement Supérieur sur le Campus de Grenoble, ainsi qu’à toutes et tous les ancien-nes étudiant-es qui viennent poursuivre leurs études.

C’est l’heure de la rentrée syndicale et en cette rentrée, notre première campagne a but but de pointer toutes les galères que rencontrent les étudiant-es sur le plan financier et administratif. Une rentrée, ça coûte cher ! Et c’est pour ça que l’UNEF se bat par exemple pour la gratuité des transports, ou le développement du système de bourse. Pour en savoir plus  :

>>Lire notre tract Campagne de rentrée 2016<<

Et pour tout problème rencontré, l’UNEF est là pour te conseiller !

Unef.grenoble@gmail.com

14393923_10210240045097190_902950674_o

Campagne « La gratuité des transports pour jeunes, la priorité »

gratuité 3

L’UNEF Grenoble se lance cet été dans la campagne « Gratuité des transports pour les jeunes, la priorité ».

Des promesses en ce sens ont été faites hier par plusieurs candidats en campagne.

  • Eric Piolle, le Maire de Grenoble, en janvier 2014 déclarait « Gratuité pour les jeunes de 18 à 25 ans ! En effet, ces jeunes sont une population très spécifique : ils ne peuvent bénéficier des minimas sociaux avant 26 ans et sont souvent dépendants de leurs parents, même lorsqu’ils sont en recherche d’autonomie.C’est aussi à cet âge que s’élaborent les comportements de mobilité pour l’avenir.La tarification solidaire actuellement proposée est donc insuffisante pour ces jeunes : nous proposons la gratuité sur les titres mensuels et annuels…’’.
  • Christophe Ferrari, Président de la Métro, en mars 2015 déclarait « J’ai proposé que [l’inclusion dans] la tarification solidaire soit étudiée pour les étudiants boursiers. Il n’y a pas d’accord conclu même si je sais que l’UNEFest favorable à cette idée’’ Soit un abonnement a 2.5€ par mois = 30 € par an »

Aujourd’hui en poste, il est temps que ces élus tiennent leurs promesses.

13820693_10209790216622384_1649646070_nLes transports sont l’un des premiers foyers de dépense des étudiants, pour autant la tarification des transports reste incompatible avec le budget des étudiants. Conscient de cette problématique l’UNEF à travers son action quotidienne sur Grenoble (pétition, rassemblement etc.) se mobilise pour interpeller nos élus et les inciter à tenir leurs engagements. Face à la hausse du coût de la vie, la baisse du prix des transports est essentielle. Les jeunes ne peuvent rester sans solution.

*

>> Lire notre lettre ouverte aux élus <<CoNpws1XgAAnzaw

*

La baisse du prix des transports doit se faire dès la rentrée universitaire 2016-17. Ce sont des milliers de jeunes qui veulent voir leurs conditions changer. C’est pourquoi à travers diverses actions (affichage, mise en place de la gratuité des transports, pétition etc.) l’UNEF va rappeler tout au long de l’été que la gratuité est la priorité.